Comment ne pas épuiser sa voix avec un masque ? Que faire si mon enfant ne mange pas de morceaux ? Pourquoi mon père n’arrive-t-il plus à lire ? « Les questions sont nombreuses, d’autant que les patients ont du mal à avoir accès aux orthophonistes. Dans certains territoires, il y a jusqu’à un an d’attente avant d’obtenir un rendez-vous », confie Élodie Pascual, orthophoniste libérale. D’où l’idée d’Allo-ortho, site d’information et de prévention lancé le 2 septembre 2019, à l’initiative de l’association Plateforme de prévention et soins en orthophonie (PPSO), qui réunit la Fédération nationale des orthophonistes (FNO) et ses syndicats régionaux, les URPS orthophonistes mais aussi les associations de prévention en orthophonie.

« Tout est parti d’une prise de conscience : d’une part, l’accès aux soins en orthophonie étant très compliqué, les patients arrivent tardivement avec des problématiques parfois complexes. Et, d’autre part, étant donné leur incapacité à répondre à toutes les demandes, les orthophonistes montrent fréquemment des signes de burn out », poursuit la rédactrice en chef du site. D’autant que leur champ d’action est très étendu : nourrissons prématurés, enfants avec handicap, ORL, dyslexie, otites à répétition, adolescents, bégaiement, patients trachéotomisés, accident vasculaire cérébral, traumatismes crâniens, sclérose latérale amyotrophique… « On travaille beaucoup avec les familles, les aidants et les patients pour les aider à communiquer du premier au dernier jour de la vie », développe Élodie Pascual.

Apporter des réponses aux interrogations du public sur la nécessité d’un recours à l’orthophonie et fournir des informations sur la prévention des troubles, tels sont les objectifs d’Allo-ortho. Car une communication adaptée permet d’apporter une première réponse aux nombreux questionnements des parents et de l’entourage. « Nous proposons une centaine de fiches pratiques sous la forme de questions/réponses afin de faciliter la lecture et la navigation à l’intérieur du site. En cas de non-accès à la lecture, il est possible d’écouter l’article via un système de podcast, explique l’orthophoniste. Informer de la sorte permet également de limiter le recours aux orthophonistes. »

On mise sur une meilleure utilisation du soin par l’usager. À travers cet outil, on investit dans l’accès aux soins
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE