Article publié dans Concours pluripro, février 2021

"Il y a trois ans, à la suite du constat d’un manque d’application des recommandations de la HAS sur la dépression par les médecins généralistes, ainsi qu’une collaboration insuffisante avec les psychiatres, le Pr Bénédicte Gohier, cheffe du service de psychiatrie du CHU d’Angers, nous a proposé un protocole ville-hôpital de prise en charge de la dépression sévère. Le projet "Parcours coordonné du patient dépressif entre le premier recours et la psychiatrie" (SP-ADepress) a été lancé : l’hôpital a proposé une équipe dédiée et accessible en deux semaines, pour une prise en charge coordonnée avec le premier recours, complétée par une formation de l’équipe de la MSP et une amélioration des outils de transmission de l’information ; et notre équipe a mis à contribution son savoir-faire : état des lieux, partage de la réflexion en pluriprofessionnalité et protocolisation. SP-ADepress s’est alors élargi aux dépressions légères, moyennes et sévères, avec une prise en charge pluripro (médecin généraliste, psychiatre, infirmière en psychiatrie, psychologue, pharmacien, orthophoniste, neuropsychologue et kinésithérapeute). Depuis, le projeta été rejoint par le pôle de santé Sud-Ouest Mayennais.


Dr Jean-François Moreul

Pour formaliser le protocole et assurer son financement, Bénédicte Gohier a soumis l’idée de l’article 51. Une fois la lettre d’intention déposée, nous avons été accompagnés par une équipe régionale CPAM-ARS pour répondre au cahier des charges, et avons bénéficié des journées "Accélérateurs innovation en santé". Certes, notre projet s’est heurté au caractère récent du dispositif. Ce qui peut expliquer sa lenteur, notre sentiment de complexité et nos difficultés de dialogue avec les équipes régionales et nationales d’accompagnement, elles-mêmes en création. Mais après des mois de conception est né ce protocole de coopération ville-hôpital de prise en charge pluriprofessionnelle de la dépression dans son ensemble. Une équipe de premier recours formée à cette prise en charge dans le respect des recommandations de la HAS se coordonne avec une équipe hospitalière, qui vient en soutien en cas de dépression sévère. Les informations sont transmises via une messagerie  sécurisée et un système d’information partagé. Le financement, dérogeant aux règles du droit commun, permet de prendre en charge la coordination, un bilan de neuropsychologue, une revue de médication, un forfait de six heures de suivi par un psychologue, sans avance de frais pour le patient.

Si nous ne pouvons pas encore évaluer l’impact de SP-ADepress sur la prise en charge des patients (les premières inclusions devraient débuter courant février 2021), le cahier des charges prévoit une évaluation précise du protocole. La diversité des critères est assez complexe, mais elle nous permettra de mieux mesurer son impact sur la santé de la population. Mais SP-ADepress a renforcé la  dimension territoriale de notre MSP, notamment la relation ville-hôpital préexistante au sein de la CPTS dans laquelle nous sommes engagés."

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE