La coordination, "c’est une histoire de passion ! C’est plus qu’un travail parce que cela demande une forte implication". Comme beaucoup de coordinateurs, Catherine Coquil affiche un profil éclectique : diplômée en gestion et management de projets avec une orientation vers l’événementiel, organisatrice de courses de bateaux à voile, secrétaire médicale "pour dépanner" le cabinet de sa mère, alors médecin généraliste… C’est dans ce cabinet partagé de Châteauneuf-du-Faou qu’elle découvre le fonctionnement des structures et "les besoins en termes de gestion d’organisations et de projets, d’accompagnement d’équipes", précise celle qui est aujourd’hui coordinatrice aux MSP du Faou et de Plonévez-Porzay (Finistère), et formatrice à l’EHESP. Une même fonction dansles deux MSP mais des missions différentes, "cela dépend beaucoup des souhaits des équipes", confie-t-elle.

 

Avant, on faisait partie de l’équipe, mais on se sentait assez seul dans cette fonction. La formation a permis de constituer un réseau
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE