Vous avez récemment pris la présidence de la Fédération des soins primaires (FSP). Quel est le rôle de cette entité ?

L’objectif est de fédérer, au sein d’une même structure, les différentes professions du premier recours, de trouver des points communs et d’éveiller l’envie collective d’une reconnaissance de ce travail fait au quotidien. La Fédération a été créée par un collectif interprofessionnel* en novembre 2016 et elle vise à donner une visibilité à cette première ligne de soin.

C’est aussi un espace pour produire de la donnée, dialoguer ensemble, donner du sens au travail en équipe… C’est important de recueillir la pluralité des visions pour trouver le plus petit dénominateur commun qui permet d’avancer ensemble. La FSP se positionne aussi comme un interlocuteur des pouvoirs publics, notamment dans le cadre des négociations conventionnelles.

La question du médecin traitant n’est pas une question de pouvoir mais de responsabilité
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE