La signature mi-décembre de l’ACI par huit CPTS de l’Essonne, accompagnées par Espace vie, est l’aboutissement d’un processus de près de trois ans. "Une reconnaissance du travail collectif et du projet de territoire", se félicite Damien Nicolini, président de cette association, qui utilise et déploie la plateforme numérique Entr’Actes. Destiné à faire de la coordination des soins non programmés et à éviter les adressages aux urgences par défaut, cet outil fédère les équipes de soins pour maintenir un patient au domicile et/ou sécuriser les sorties d’hospitalisation. Sur la plateforme accessible depuis un smartphone, le professionnel de santé ou le service hospitalier demandeur précise son besoin (soins, consultation, visite à domicile), le type de professionnel requis et le caractère urgent ou non de la prise en charge. Les professionnels correspondant au besoin, géolocalisés à proximité du patient, reçoivent une notification et acceptent ou non la demande, l’objectif étant de prioriser l’équipe de soins habituelle du patient (médecin traitant, infirmière, pharmacien…). Une démarche différente des systèmes d’agendas en ligne. "On est tous capables de trouver un peu de disponibilité quand c’est un autre professionnel qui nous sollicite, parce qu’on le connaît ou qu’on partage le même projet de santé. C’est sans doute beaucoup plus pertinent en termes de rentabilité du temps médical que de laisser des libres accès dans des dispositifs où le patient va pouvoir venir lui-même impacter un ou plusieurs professionnels sans aucun contrôle", estime Philippe Paranque. Médecin généraliste à Chevannes (Essonne) et président de SOS médecins 91, celui qui se qualifie d’"agitateur d’innovations" est le concepteur d’Entr’Actes.

Une solution d’équipement des SAS

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE